Oeuvre Ñahati

L’œuvre “Ñahati” (libellule) de Rodrigo Velazquez souhaite rendre visible la beauté des êtres minuscules que nous ignorons souvent en raison de notre rythme de vie trépidant et notre manque de temps pour les observer. L’accent est mis sur l’importance de ces petits êtres qui passent inaperçus mais qui participent activement à l’équilibre de l’écosystème dans lequel nous sommes immergés, nous aussi.
Les ailes de Ñahati, métaphore de la prochaine disparition, interpellent par le crime écologique commis dans le Chaco paraguayen, où quotidiennement disparaissent biodiversités et cultures avec sagesses ancestrales incroyables. La déforestation et l’existence de nombreuses inégalités sur ce territoire doivent devenir “visibles‘’, afin de susciter une prise de conscience sur la responsabilité de le protéger et de garantir des conditions de vie équitables.

Tekoharte - Oeuvre Nahati - Rodrigo Velazquez

Ñahati – linogravure 70cm x 100cm.

Rodrigo, comment est née Ñahati ?

Les idées, avant de prendre forme, m’accompagnent sur les routes, en bus, à pied, s’émerveillent de la beauté du quotidien et observent, jusqu’à ce qu’elles “trouvent” la matrice dans laquelle elles souhaitent naître. Pour cette gravure, la matrice fut un carton que j’ai trouvé dans le coin d’un entrepôt et qui m’a trouvé aussi. Dès lors, Ñahati, dans le cadre de la série “CHACO” sur laquelle je travaillais depuis plus de deux ans, a commencé à prendre son envol ; sans tracas, avec le plaisir de sentir chaque ligne ajourée qui ouvrait son chemin avec la gouge. Ce temps, ce processus solitaire de l’artiste, décrit comme « processus de l’ombre » par Enrique Escobar a duré 5 mois. Lors d’un voyage que j’avais effectué avec un groupe d’artistes au sein d’une communauté paysanne, j’avais entendu : « nous devons laisser aux plantes, aux choses et aux êtres humains le temps de mûrir à chaque lune ». Cette belle philosophie paysanne m’a permis de comprendre que seules la patience, la passion et la foi dans l’art peuvent faire naître nos sentiments et nos sens dans les œuvres que nous créons.

Que ressens-tu grâce à l’art ?

Chaque création artistique, indépendamment de son mode d’expression, renforce les liens entre les individus, même si la conception est parfois solitaire. Elle me permet de ne pas oublier que seuls les êtres humains créent du sens, et ont la possibilité de participer à un processus de transformation ou de mutation. En fin de compte, elle me rend plus conscient de la condition humaine et de sa quête perpétuelle.
Je ressens avec chaque œuvre que la création nous procure du bien-être, tout en faisant du bien aussi aux autres, qu’elle revêt une importance artistique cruciale et même indispensable. L’art est notre humble contribution à un monde qui semble constamment vidé de sens, excessivement bruyant, où nous ne montrons qu’une apparence, toujours plus d’images et moins de souvenirs. Nous sommes si absorbés par l’extérieur que nous négligeons souvent de nous regarder nous-mêmes, et surtout, de nous comprendre.

Ñahati a gagné le prix des jeunes artistes ‘’ Livio Abramo y su Legado’’ en 2017 à Asuncion au Paraguay